Ben Bella à Turquant : Juin 1961

Ben Bella à Turquant

Juin 1961

Après l’’ile d’Aix, le château de la Tessadière à Turquant fut la nouvelle résidence des “chefs historiques” algériens : Ben Bella, Aït Ahmed, Khider, Bitat  Le général De Gaulle accéda aussi ainsi à la demande présente de Bourguiba lors de la rencontre à Rambouillet. J’étais avec Filali le chargé d’affaire marocain et avec leur avocat français autorisés à leur rendre visite.

Le 15 juin 61, appelé d’urgence, je fis accueillie cette fois avec solennité et gaieté par rapport à nos rencontres habituelles. Pendant plus d’une heure Ben Bella debout, devant le carré de ses compagnons fit le procès de la Tunisie, et de ses dirigeants… Nous demandons à Bourguiba de préciser sa position historique vis-à-vis de la crise algérienne… On parle de l’Algérie et du Sahara algérien…

Hier, c’était Rambouillet aujourd’hui c’est Modibo Keita… (qui venait de nous rendre visite et qui avait déclaré sans mettre en cause la souveraineté de l’Algérie que le Sahara serait bénéfique pour les recevrais. Il se rétracter après la visite de Yazid à Bamako).

Ben Bella me charge solennellement de remettre son message écrit au Président et clôt l’audience. Éberlué, et après quelques seconde de silence, j’ouvre la lettre, l’étonnement est dominant je le lis, Ben Bella y reprend ses accusations débitées les plus contraintes dans ma vie politique.

Je rejette la massive sur la table et rétorque fermement : …Vous êtes mal informés… Bourguiba contrains à déterminer

 

Je l’ouvre à l’étonnement général : Ben Bella y reprend ses accusations débitées verbalement au début de la rencontre. Ma tension est extrême, mes interlocuteurs restent de marbre. Je rétorque fermement, mais sur un ton courtois : «Nous estimons avoir contribué à déterminer le général de Gaulle à accepter l’existence d’un Etat algérien(…)». Le leader algérien semble se calmer, et déclare «ne pas douter de la solidarité tunisienne». En vérité, les hommes de Turquant veulent se considérer comme les seuls chefs historiques et légi­times de la révolution algérienne. Seul un sommet Ben Bella – de Gaulle, me laisse-t-on entendre, pourrait régler le conflit. Le soir, on me remet la lettre remaniée. Je la lis, elle est moins violente, mais aussi déterminée.

À Tunis, Bourguiba écoute mon compte rendu, puis parcourt rapide­ment la missive sans la lire vraiment.

 

Comments are closed.